Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

34 ans de la mort de Thomas Sankara

Mesdames, Messieurs, amis de la liberté et de la justice, amis du combat pour la libération des peuples africains et des autres continents bonjour,

Il y a 34 ans, le 15 octobre 1987, le terrorisme égoïste frappait une fois de plus notre Nation. Thomas Sankara , Président du Faso, est sauvagement assassiné dans les artères de la ville de Ouagadougou .

Assassiné pour avoir défendu la liberté d’expression, le droit à débattre et à confronter les opinions, les progrès de la science et de la connaissance exogène et endogène. Assassiné parce qu’il incarnait l’une des valeurs les plus chères à notre République : la liberté.Thomas Sankara était de ces hommes qui ne renoncent pas. IL ÉTAIT UN HOMME DIGNE ET INTÈGRE qui a réhabilité l’humain dans toute sa dimension.

Nous ne l’oublierons jamais. Son combat pour la liberté, la liberté de s’assumer, la liberté d’expression, ne sera pas vain. Partout, nous continuerons d’enseigner, d’encourager la transmission des savoirs, de faire découvrir la science, la culture, la littérature, la force du débat et de la controverse, l’importance du débat critique à nos jeunes et à nos enfants. Ces valeurs résonnent tout particulièrement pour notre pays et notre communauté qui, comme l’ensemble des autres continents, défendent chaque jour l’esprit critique, la démarche scientifique, la confrontation des faits et des idées sous l’inspiration de feu Thomas. En gros la libération de l’Afrique sous le joug des impérialistes et des néo-impérialistes et de leurs ramifications locales.

Trente quatre ans jour pour jour , le processus tant entendu se déroule. C’est une victoire pour les héritiers et ceux qui se réclament de l’idéologie ce Digne fils d’Afrique. C’est l’occasion pour nous d’interpeller toute la juridiction en charge de ce dossier. Nous n’entendons rien d’autre que le droit soit dit dans toute sa rigueur et sa transparence.

Au nom collective de toute cette jeunesse éprise de JUSTICE, de DIGNITÉ et de LIBERTÉ pour saluer la mémoire une fois de plus. Justice et vérité pour Thomas comme tous les autres compagnons de luttes;

Nous Jeunesse Africaine et du monde, informons le Procureur Militaire et toute la cour que nous suivons de très près ce procès avec l’espoir que la JUSTICE sera dite dans toute sa SPLENDEUR.

Leave a comment