Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Déclaration Conjointe du REPPAD, avec le Balaï Citoyen-Burkina Faso et le Forum des Organisations de la Société Civile du Mali (FOSC Mali)

Déclaration Conjointe du REPPAD, avec le Balaï Citoyen-Burkina Faso et le Forum des Organisations de la Société Civile du Mali (FOSC Mali) pour dire NON A LA PREDATION DES LIBERTES AU BURKINA FASO et Exiger la libération du Camarade Mathias Ollo Kambou Débuté en 2012 au Mali, la région ouest africaine de l’Afrique est actuellement en proie à une guerre qui lui a été imposée par des bandes armées, dont l’ambiguïté de leurs objectifs n’a d’égale qu’à leur cruauté qui endeuille chaque jour nos Nations. Il est de plus en plus évident que ces individus, bien que issus en grande partie de nos communautés, sont instrumentalisés sur la base de frustrations vécues et financés par des forces étrangères pour déstabiliser notre région. En plus de ces soutiens occultes que nous dénonçons avec véhémence, il y a l’irresponsabilité de plusieurs de nos dirigeants, incapables de privilégier l’intérêt général de nos Nations par rapport à ceux de tiers. Cela a eu pour résultats l’interruption des processus démocratiques au Burkina Faso et au Mali, où l’armée a « pris ses responsabilités » pour la gestion du pouvoir d’État, avec comme priorité la lutte contre les bandes armées et la sécurisation des pays. Aucune armée ne peut réussir une telle mission sans une mobilisation conséquente et un soutien actif des populations. Si au Mali, cela peut être considéré comme un acquis, au vu des différentes mobilisations gigantesques en faveur des autorités de la transition et des forces armées, au Burkina Faso, il y a de quoi s’inquiéter en considérant le déroulement des derniers évènements.

En effet, dans un contexte qui impose une unité de pensée et d’actions, il est absolument regrettable que le pouvoir du MPSR multiplie quotidiennement les actes susceptibles de dégrader davantage la cohésion sociale déjà mise à rude épreuve par le terrorisme. L’arrestation rocambolesque du camarade KAMBOU Ollo Mathias alias KAMAO, le lundi 5 septembre 2022 après une émission radio télévisée et emmené dans un lieu inconnu par ses ravisseurs, avant de faire l’objet d’un mandat de dépôt par le procureur du Faso, fait partie de ces actes. Pire, la passivité, synonyme de complicité, des forces de sécurité et de l’appareil judiciaire, par rapport aux comportements liberticides de ce qui apparait comme une milice à la solde du MPSR marque un tournant fort inquiétant dans le processus de division du peuple burkinabè. Déjà que le Burkina Faso occupe actuellement le triste rang au niveau mondial des pays les plus touchés par le terrorisme, dû à l’incapacité de ses forces armées à repousser la menace terroriste, cette division du peuple burkinabè, si elle s’installe, plongera définitivement le pays dans un abîme probablement irréversible. Conscient de l’impact d’un tel scenario pour la sous-région, nous, organisations citoyennes du Burkina Faso, du Mali et du Niger, unissons nos voix pour : 

1. Dénoncer l’arrestation de notre camarade Kamao qui s’apparente à un enlèvement et à une volonté de musellement des voix discordantes à celles du MPSR ;

2. Condamner sans réserve les dérives du mouvement faussement appelé « Sauvons le Burkina » qui constitue une autre forme de terrorisme visant à semer la division au sein du peuple burkinabè ;

3. Inviter les autorités judiciaires et sécuritaires du Burkina Faso à garder leur indépendance, à rester républicaines et à se démarquer de toute compromission avec le pouvoir en place.

Nous tenons en outre à interpeller les autorités de la transition burkinabè, sur le danger que la détérioration du climat social fait peser sur le pays et sur la sous-région tout entière. Nous les exhortons, à prendre les mesures nécessaires pour créer cette union sacrée entre les populations burkinabè, qui est le socle d’une riposte efficace contre les forces terroristes et leurs soutiens occultes. Nous leur assurons de notre détermination à dénoncer toute compromission d’un dirigeant ou tout acte de nature à nuire au bien-être de nos laborieuses populations. LIBERTÉ POUR OLLO MATHIAS KAMBOU KAMAO !NON AU TERRORISME D’ETAT !

Bamako, Niamey, Ouagadougou, le 14 septembre 2022Ont signé :

– Réseau Panafricain pour la Paix, la Démocratie et le Développement (REPPAD) au Niger

– Forum des Organisations de la Société Civile du Mali (FOSC Mali)- Mouvement Balai Citoyen au Burkina Faso

Leave a comment